Comment corriger une ptôse mammaire ?
  • 09 Decembre 2014 à 08:30

Comment corriger une ptôse mammaire ?

La ptôse mammaire se traduit par un affaissement des seins. On le remarque le plus souvent chez des femmes ayant de gros seins puisque leur poids va alors tirer les seins vers le bas. Toutefois, toutes les femmes peuvent en souffrir puisque la ptôse peut être engendrée par d'autres facteurs comme l'âge, les grandes variations de poids, l'allaitement, ...

La ptôse mammaire

La ptôse mammaire n'est ni douloureuse ni une pathologie, mais elle est parfois source de handicap et de complexe chez la femme. En effet, face à une poitrine qui tombe, la femme aura honte de se mettre en maillot de bain et cela va entraîner indirectement un mal-être profond. C'est pour éviter cela qu'une correction s'impose, mais pour cela, seule la chirurgie esthétique est envisageable.

La chirurgie correctrice de la ptôse mammaire

Pour corriger une ptôse mammaire, le chirurgien choisira entre deux techniques :

- La transposition simple :

La transposition simple consiste à décoller le mamelon avec le tissu mammaire sans le sectionner, à réduire le sein en enlevant un peu de tissu glandulaire et à repositionner le mamelon à son emplacement d'origine.

- Le déplacement du mamelon libre :

Cette technique consiste à découper le mamelon du sein, de vider le sein et de replacer le mamelon à son nouvel emplacement.

Dans les deux cas, la correction de la ptôse s'accompagne souvent d'une chirurgie de réduction mammaire, car pour remonter l'aréole de plusieurs centimètres, ôter l'excédent cutané est souvent nécessaire.

La correction de la ptôse mammaire et l'allaitement

La chirurgie mammaire n'est jamais sans risques pour l'allaitement et à plus forte raison si le chirurgien doit réduire le volume du sein.

- Correction de la ptôse avec réduction mammaire :

De ce fait, si la correction de la ptôse s'accompagne d'une chirurgie de réduction mammaire, la femme a moins de chance de pouvoir allaiter correctement sans que cela soit impossible.

Explication :

Durant la réduction mammaire, le chirurgien devra retirer une quantité plus ou moins importante de tissu glandulaire ce qui peut entraîner la section des canaux lactifères, la lésion des vaisseaux sanguins et des nerfs. Pourtant, sans ces systèmes, le sein perd sa fonctionnalité et la production lactée peut en souffrir grandement. Ainsi,

Si les canaux lactifères sont sectionnés, le lait ne pourra s'écouler par le mamelon.

Si les vaisseaux sanguins sont sectionnés, les alvéoles sécrétoires ne seront plus vascularisés et la production de lait se réduira automatiquement.

Si les nerfs sont lésés, cela va interférer dans le réflexe d'éjection et la production d'hormones de lactation.

La possibilité d'allaitement va dépendre également de la quantité de tissu à retirer. Si le chirurgien prélève une trop grande quantité de tissu glandulaire, ce qui reste dans le sein pourra ne plus assurer la sécrétion lactée suffisante pour nourrir l'enfant. La mère devra alors prévoir des compléments pour le développement normal du bébé.

- Correction de la ptôse seule :

Dans le cas où la correction de la ptôse mammaire est réalisée seule, le médecin pourra ne faire appel qu'à la transposition simple, autrement dit, sans devoir détacher le mamelon. Cette intervention est moins risquées puisque le mamelon ne sera donc pas touché et encore moins le reste du sein. Le médecin va juste essayer de retendre la peau pour faire remonter le mamelon à sa position initiale. En savoir plus : photos ptôse mammaire