Tout savoir sur les implants mammaires

Lifting mammaire > Blog > Tout savoir sur les implants mammaires
Publié le : 13 Mars 2015 à 09:09
Tout savoir sur les implants mammaires

Vous avez toujours eu envie d'arborer un bonnet C, mais le sort vous a donné un bonnet A ? Pourquoi ne pas tout simplement inverser la tendance grâce à une prothèse mammaire ? C'est une intervention courante dont les stars hollywoodiennes raffolent. Comment cela se passe, combien coûte l'intervention, quelles sont les suites opératoires, ... Trouvez toutes les réponses à la suite.

 

Quand solliciter la pose de prothèses mammaires ?

Pour savoir quand il faut solliciter la pose de prothèses mammaires, il faut faire la différente entre petite poitrine et poitrine qui tombe. Dans les deux cas, votre poitrine sera plate, mais seul le premier cas explique la pose d'implants mammaires. En ce qui concerne la poitrine qui tombe ou ptôse mammaire, les implants ne permettent pas de le corriger, au risque d'avoir des seins disproportionnés. Les prothèses visent alors à augmenter uniquement la taille des seins et non pas à réparer une ptôse mammaire.

Quel volume de sein peut-on demander ?

Avec la technique de l'implant, il est possible de passer du bonnet A vers le bonnet C, voire plus, mais avant de vous décider, entretenez-vous avec votre médecin et écoutez ces conseils. Ne décidez du nouveau volume à obtenir que lorsque vous aurez entendu toutes les recommandations du chirurgien.

Comment se présentent les prothèses ?

Les prothèses sont des blocs souples fabriquées avec des poches en silicone dans lesquelles on a mis du sérum physiologique ou entièrement en silicone. Ce sont les modèles les plus rencontrés en France puisque les implants hydrogel qui contiennent de l'eau et des polysaccharides sont interdits en France depuis le moratoire de 1995.

Il faut souligner qu'aux États-Unis, la pose de prothèses mammaires en silicone a été interdite à partir de 1993 pour être ré-autorisée deux ans plus tard, en 1995. Toutefois, la technique a de nouveau été interdite en 2001. En ce qui concerne l'Europe, la pratique est autorisée dans de nombreux pays dont la France. Pour balayer toutes les reproches qu'on nourrissait vis-à-vis des implants, les prothèses d'aujourd'hui sont faites avec une enveloppe plus solide et un produit plus cohésif. Les études ont également prouvé que les prothèses n'ont aucun lien avec les maladies auto-immunes.

Comment se déroule l'intervention pour la pose d'implants ?

Pour poser un implant mammaire, la patiente sera placée sous anesthésie générale. Le chirurgien réalisera ensuite une incision soit au niveau de l'aisselle soit dans l'aréole. L'emplacement de l'incision dépendra de la taille de la poche à insérer. Dans les deux cas, les cicatrices seront très discrètes et s'atténueront un peu plus encore au fil du temps. La prothèse sera placée entre la glande mammaire et le muscle pectoral. Puisque la glande sera placée devant la poche de silicone, les éventuels examens mammaires seront facilités. L'intervention nécessite une hospitalisation de 24 à 48 heures.

Tout savoir sur l'implant mammaire sur : http://www.implant-mammaire.net/

Quelles sont les suites opératoires ?

Après la pose d'implants mammaires, la patiente devra arrêter de travailler pendant une à deux semaines. Elle portera un pansement pendant les deux premières semaines et devra le troquer contre un soutien gorge sans armature à partir de la troisième semaine. Ce soutien-gorge maintiendra mieux la poitrine et le seul pansement qu'il faut garder sera une compresse au niveau de la cicatrice.

En ce qui concerne les douleurs, elles sont parfois inexistantes, voire très faibles. Toutefois, la patiente pourra se voir administrer un calmant la nuit suivant l'opération afin d'atténuer la sensation de tension. Si la patiente ressent de la douleur, elle s'estompera au fil des jours et disparaîtra entièrement au bout de huit à dix jours.

Pour ce qui est des autres risques tels le déplacement de l'implant, les hématomes ou encore les infections, ils sont assez rares, mais non pas impossibles. Si de tels cas surviennent, une nouvelle opération serait nécessaire.

Les résultats sont-ils garantis ?

En chirurgie esthétique et même si le chirurgien qui vous opère est très compétent, les résultats ne sont jamais garantis même si les examens pré-opératoires sont faits pour les optimiser. Après l'intervention chirurgicale, outre les risques cités plus hauts, il peut également arriver une réaction cicatricielle autour de l'implant ce qui vous donnera des seins moins arrondis et moins souples. C'est ce qu'on appelle « coque » et elle est rencontrée dans environ 5 % des cas.

Les implants mammaires favorisent-ils le cancer du sein ?

C'est la question la plus fréquente lorsqu'on évoque les risques des prothèses mammaires. Néanmoins, il faut savoir que bon nombre d'études ont été menées et toutes ont démontré que les prothèses ne favorisent et n'entraînent aucunement le risque de cancer.

Les implants permettent-ils les dépistages mammographiques ?

Les dépistages mammographiques sont conseillés à toutes les femmes et ce, même si elles portent des implants mammaires. Ces dépistages permettent la détection d'un éventuel cancer. Pour une femme qui porte des implants, la détection des lésions du sein est possible puisque les prothèses ne sont pas un handicap pour réaliser l'examen. Toutefois, pour éviter la rupture de la poche durant la mammographie, la patiente devra, au préalable, en informer le radiologue.

Les prothèses mammaires sont-elles définitives ?

Non, les prothèses mammaires ne sont pas éternelles, mais leur durée de vie se situe entre 10 à 15 ans, voire un peu moins ou un peu plus selon le mode de vie de la patiente. Les grossesses multiples et les fréquentes variations de poids influent sur cette durée. Pour que les implants soient les plus durables possibles, il est recommandé de faire un contrôle régulier sans alarmisme.

Combien coûte l'intervention ?

En Tunisie, l'intervention coûte moins cher et pourtant, les chirurgiens vous garantissent une même qualité de résultat. Puisque cette opération n'est pas prise en charge par la Sécurité sociale, de nombreuses femmes ont fait le voyage et en sont revenues avec des seins plus gros et plus naturels à coût plus abordable.